1. Visiteur le site est en reconstruction comme annoncé il y a quelques jours sur l'ancien forum:
    Des bugs existent, voici les prochaines étapes:
    1- Changement de serveur avec protection quotidienne des poèmes: FAIT
    2- Construction d'une page d'accueil simplifiée: Lancement 25 Avril
    3- Ajout d'outils progressif pour les poètes: EN COURS

Aux enfants malheureux ...

Dans 'Tristesse' Réponses: 0 | Ce poème a été lu 1332 fois

  1. liz22

    liz22 Nouveau poète

    Tu es si petit, si fragile mais déjà si perspicace et lucide,du haut de tes 10 ans tu connais et tu a déjà vu tant de choses, l’école qui te serait la plus utile finalement c’est l’école de la vie.
    Tu protèges tes frères, tes sœurs de tes parents tortionnaires que le chômage l’alcool et la colère ont englouti et qui dans des moments d’extrême violence et de gosiers imbibés, Par leurs coups et leur folie seulement voient leur rage assouvie
    Ces parents qui parfois oublient que tu es un petit être humain Et qui te considèrent seulement comme une bouche de plus à nourrir Ces parents qui font de toi leur objet et qui détruisent ta vie… Ces parents qui t’ont donné le souffle et qui aujourd’hui t’asphyxient
    Ravagé par la douleur, tu te taire dans le silence, te croyant seul au monde et impuissant La télé te présente des familles heureuses et unies, et des moments que tu as juste caressé dans ta vie, tu aimerais pouvoir plonger et les rejoindre dans une bulle d’argent, rejoindre un pays ou la souffrance faite aux enfants n’existerait plus Tu pries pour que tes parents soient touchés par la grâce aient un électrochoc, et retrouvent assez de lucidité pour ne plus faire de toi une victime tu pries pour qu’ils retrouvent une conscience et une âme !!
    Tu sais petit t’es pas une victime, t’es un ange qu’on voudrait protéger tes cris muets, tes yeux tristes et tes bleus nous sont insupportables t’es pas responsable de ce qui t’arrive, ce n’est pas toi le bourreau Ceux qui te font du mal se sont enfermés dans leur chagrin et se sont perdus Ils ne se rendent pas comptent qu’ils te détruisent et ça les amuse presque Tu vis dans une prison de verre et toi seul en a la clef c’est le courage de parler…
    Avant qu’il ne soit trop tard et que les pleurs de tes proches te soient devenus trop insupportables Que la vie te soit devenue si abjecte et dénuée de sens que tu décides de lui dire adieu pour rejoindre un pays ou tu pourrais aider tous les enfants tristes et malheureux de ce monde
    (Hommage au très beau livre d’ondine khayat : le pays sans adultes)​
     
Chargement...
Poèmes similaires:
  1. bousselham
    Réponses:
    2
    Affichages:
    111
  2. bousselham
    Réponses:
    0
    Affichages:
    154
  3. dannycool18
    Réponses:
    1
    Affichages:
    271
  4. CHENNOUFI
    Réponses:
    2
    Affichages:
    304
  5. croscaden
    Réponses:
    0
    Affichages:
    125

Partager cette page